FON
DA
TION

ARCHI
TECTE

PRÉ
CUR
SEUR

FÉDÉ
RA
TION

EXPO
SI
TION

GRAND
PRIX

PIS
CINE

PA
LAIS

1895

Fondation de l’A.C.F., premier automobile club au monde

« Des sympathies si vives s’étaient créées entre les membres du comité d’organisation [de la première course automobile au monde Paris-Bordeaux-Paris 1895] que le comte de Dion déclara que laisser se disperser de telles forces serait un crime de lèse-patrie » (L’Echo de Paris). Constructeur visionnaire, de Dion invite à déjeuner le journaliste Paul Meyan, le baron de Zuylen et l’ingénieur Récopé pour évoquer la fondation d’une entité mariant la convivialité d’un grand cercle aux actions d’une société d’encouragement pour le développement de l’automobile. Les convives jettent les bases des statuts et énumèrent l’identité des premiers membres, protagonistes de la discipline. « Au dessert, l’Automobile Club de France était fondé » (Meyan)

1898

L’A.C.F. stationne place de la Concorde

Premier Automobile Club au monde fondé en 1895, « l’Auto » incarne une institution pionnière qui s’établit dans le somptueux écrin du 6 et 8 place de la Concorde dès 1896.
Un cadre majestueux de 15000 m² pour offrir aux Membres du Club, le confort et des installations exceptionnelles vouées au Cercle qui n’a jamais cessé de jouer un rôle précurseur et fondamental dans l’univers de l’automobile.

1898

L’A.C.F. créé le Salon de l’Automobile

Fidèle à sa mission de société d’encouragement pour l’automobile, l’A.C.F. monte la première « Exposition Internationale », du 13 juin au 3 juillet 1898. Organisé par le dynamique Gustave Rives, l’événement rassemble 232 exposants installés dans des constructions éphémères aménagées dans le jardin des Tuileries et attire 140 000 visiteurs. Signe particulier : les automobiles inscrites doivent démontrer leurs capacités à se mouvoir par elles-mêmes sur un parcours reliant Paris à Versailles et retour.

1904

L’A.C.F., à la genèse de la Fédération Internationale de l’Automobile

Référent automobile en France, la réputation de l’A.C.F. dépasse l’Hexagone en sa qualité de membre fondateur de l’Association Internationale des Automobile-Clubs Reconnus, entité née le 21 juin 1904 place de la Concorde. L’A.I.A.C.R. a pour objectif d’étendre le sacerdoce de l’A.C.F. à l’international : réglementation du sport automobile, tourisme, amélioration des conditions de la circulation. A l’instar d’une adresse mitoyenne, des liens fondamentaux unissent l’A.C.F. et l’A.I.A.C.R. – devenue Fédération Internationale de l’Automobile en 1946 – d’autant plus que les présidents de l’Auto ont été à la tête de la F.I.A. pendant soixante ans.

1905

Création du code de la Route

Membre de l’A.C.F., Jules Perrigot rédige en 1905 son Code de la Route, opus constituant la première codification officielle des règles et usages à observer en matière de circulation routière. Précurseur et visionnaire, ce recueil, adopté par l’Automobile Club de France et notamment par sa Commission de Tourisme, puis par l’Association Générale Automobile et par la Fédération des Automobiles Clubs Régionaux, précède de dix-sept ans le premier code de la route officiel et obligatoire décrété par les autorités de tutelle.

1906

Le Grand Prix de l’Automobile Club de France ou la naissance d’une légende

L’A.C.F., initiateur des règlements, calendriers sportifs et épreuves automobiles de ville à ville, subit le meurtrier « Paris-Madrid 1903 ». Conscient du danger des épreuves sur routes ouvertes, l’A.C.F. crée le premier Grand Prix automobile sur circuit fermé doté d’infrastructures pour accueillir un public nombreux tout en favorisant les performances des bolides engagés. De 1906 à 1967, l’épreuve devient la grand’messe annuelle sportive internationale, arène de joutes mécaniques légendaires, creuset d’émotions et théâtre des plus grandes innovations techniques signées Bugatti, Delage, Alfa Romeo et autres Mercedes.

1911

La piscine du Cercle : un baptême… par immersion

Ebloui par la piscine du Royal Automobile Club de Londres en 1911, le duc Decazes, membre A.C.F., convainc le comité de l’Auto des bienfaits de disposer à son siège d’une telle infrastructure. En lieu et place de garages, l’architecte Loysel fait creuser une piscine de 25 yards autour de laquelle s’articule un complexe d’installations d’hydrothérapie et de sport, d’un bar et d’un salon de repos. Inaugurée en 1912, bénéficiant d’une exceptionnelle qualité d’eau, la piscine de l’A.C.F. permet au Cercle de disposer de l’un des premiers équipements de l’Hexagone dédié à un établissement privé.

2016

Travaux de restauration de l’ACF : le palais de la renaissance

Entre 2014 et 2016, l’Automobile Club de France subit une véritable cure de jouvence, fruit d’une réhabilitation consciencieuse de ses infrastructures. L’opération inclut la restauration de sa façade autoporteuse – classée Monument Historique – dotée d’un majestueux péristyle orné d’un plafond à caissons ouvragé ; la renaissance de son exceptionnelle terrasse paysagère signée Gustave Rives en 1899 ; un rafraîchissement des espaces intérieurs du Cercle… L’A.C.F. incarne un joyau disposé dans l’écrin de la place de la Concorde, chef d’œuvre de l’architecte Gabriel.